Depuis l'antiquité romaine

Plusieurs siècles avant notre ère, à une date non connue, Tolosa fut fondée par un peuple ibéro-aquitain. Puis au IIIème siècle avant JC la ville passa aux mains d'un peuple celte appelé Volques Tectosages. Mais c'est à l'empereur romain Auguste (27 av. JC - 14 ap. JC) que l'on doit sa (re)fondation à son emplacement actuel, quelques kilomètres en aval de son site d'origine.

Un peu d'histoire...

Fondée à une époque mal connue sur l'emplacement actuel de la commune de Vieille-Toulouse, Toulouse était initialement un oppidum, c'est à dire une agglomération fortifiée campée sur une hauteur (il existait toutefois des sites secondaires dans la plaine). On ignore tout ou presque de ses fondateurs mais on sait qu'au IIIème siècle avant notre ère la ville passa aux mains des Volques Tectosages. Dès le milieu du IIème siècle avant JC les Tectosages s'allièrent à Rome et Toulouse commença à commercer avec le monde romain. Cette entente fut éphémèrement troublée vers l'an 106 av. JC quand les Cimbres et les Teutons firent trembler Rome, les Tectosages eurent alors la mauvaise idée de mal choisir leur camp. Rome le leur fit payer pendant quelques années, le consul Scipion vint piller le trésor de Tolosa dédié aux dieux (et qu'on a un temps pensé pillé antérieurement à Delphes, à tort). Il n'en tira pas grand profit car il fut battu et dépouillé peu après à Orange par les Cimbres, ses adversaires politiques au sénat romain le présentèrent alors comme victime de la malédiction de l'or de Toulouse, une expression qui devint proverbiale et fit florès très longtemps et qu'on traduirait de nos jours à peu près par "bien mal acquis ne profite jamais". Mais après ces quelques soubresauts, les décennies suivantes virent la ville continuer à s'intégrer toujours plus à la Narbonnaise, province romaine dont elle était la tête de pont vers l'ouest et dont la capitale était Narbonne.


A Vieille-Toulouse, les premières briques de la Gaule

Vers le milieu du premier siècle avant JC, avant même le déplacement de Toulouse dans la plaine, la Tolosa celte se mit à utiliser la brique : une première en Gaule en l'état actuel des connaissances.

Visible au musée Saint-Raymond, cette maquette des fouilles du fanum de Vieille-Toulouse reproduit les vestiges de ce qui est considéré comme le plus ancien bâti en brique de la Gaule, témoin d'un programme de constructions d'inspiration italique :

La brique antique

Les premières briques et tuiles romaines utilisées pour l'édification de Toulouse étaient donc déjà apparues sur son premier emplacement. Le musée Saint-Raymond conserve des briques romaines dites "lydienne" (dallage et murs), "tegulae" et "imbrices" (toit), "quart-de-rond" (colonnes) :

La brique antique

La brique antique

Les fragments de briques estampillées retrouvés permettent l'identification de nombreux briquetiers de l'époque antique :

La brique antique

La brique antique


Une nouvelle Toulouse dans la plaine

Lorsque sous le règne d'Auguste il fut décidé de fonder une nouvelle Tolosa, son emplacement ne fut pas choisi au hasard. La paix romaine régnait depuis longtemps dans la région et il n'était plus besoin d'avoir une position défensive sur une hauteur. L'ancienne Tolosa celte abritait déjà une garnison, frappait monnaie romaine et était dirigée par une aristocratie en voie de romanisation. Eh oui, à l'époque de la guerre des Gaules Tolosa ne tenait pas pour Vercingétorix mais bien pour Jules César ! La nouvelle ville romaine fut donc fondée pour faciliter le commerce et la colonisation : près d'un gué permettant de traverser la Garonne et sur une terrasse insubmersible la mettant à l'abri des crues tout en bénéficiant des facilités offertes par le fleuve pour le transport des marchandises. L'ancienne Tolosa, moins bien placée au regard de ces nouveaux critères, périclita aussitôt au profit de la nouvelle.

Toulouse n'est pas le seul exemple de ville "déménagée" par les Romains : Bibracte devint Autun de la même manière et à la même époque. Mais dans notre cas, il est notable que la ville conserva le même nom en s'installant dans la plaine.

Située sur le coude le plus à l'est de la Garonne, la ville nouvellement fondée devint rapidement un centre urbain important, sa position à l'extrémité de la Narbonnaise et au milieu de l'isthme gaulois ouvrait les villes du nord et de l'ouest au commerce romain. Sur la Garonne transitaient vers et depuis Toulouse le vin, le fer, le blé, le marbre, des produits agricoles et toute denrée que les amphores romaines permettaient de conserver et de transporter.

L'an 14 de notre ère, année de la mort d'Auguste, vit l'achèvement de grandes réalisations : l'érection de portes monumentales, l'arrivée de la voie impériale depuis Narbonne, la construction de l'aqueduc (servant aussi de pont) sur la Garonne... à cette époque la superficie de la cité était de 90 hectares, soit environ la moitié de Narbonne ou de Nîmes qui étaient les plus grandes villes de la province.

Dès le début de la construction de la nouvelle Tolosa les Romains utilisèrent largement la brique. Le rempart de Toulouse notamment, ouvrage honorifique plus que de défense, long de 3 kilomètres et enserrant 3 côtés sur 4 de la ville (sauf le côté bordant la Garonne), était célèbre pour la particularité unique en Gaule d'avoir une assise de pierres surmontée de briques. Son architecture mixte de pierres, galets et briques était tout à fait originale.

Avec le temps la cité devint de plus en plus développée et opulente, elle se dota de temples, de théâtres, d'un amphithéâtre, de thermes et d'égoûts. Les deux voies principales, le cardo et le decumanus, se croisaient au forum où se trouvait le Capitole de l'époque et que l'on situe vers l'emplacement de l'actuelle place Esquirol. C'est à ce Capitole-là, et non à l'actuel (dont le site ne fut établi qu'au XIIème siècle), qu'il est fait référence dans la Passion de Saint Saturnin.

Dès la fin du Ier siècle l'empereur Domitien avait donné à Toulouse le statut envié de colonie romaine et l'avait placée sous la protection de Pallas-Athéna (autrement dit Minerve), ce qui valut dès lors à la ville le surnom de palladia Tolosa, qualificatif renforcé par la réputation de son école de rhétorique. Au IVème siècle le poète bordelais Ausone attribuait à Tolosa le quinzième rang parmi les villes de l'empire, mais il est difficile de juger de la crédibilité d'un tel classement. Une chose est sûre toutefois : quand l'empire romain s'écroula sous les coups des barbares, c'est Toulouse que les Wisigoths choisirent pour capitale de leur royaume qui allait de Gibraltar à la Loire, pendant presque 100 ans, jusqu'à la défaite d'Alaric contre Clovis en 506 à Vouillé qui rejeta les Wisigoths en Espagne.

La Tolosa antique

La Tolosa antique
Crédit photo : Céline Bonnal


Ce qu'il en reste

De cette glorieuse antiquité il ne reste malheureusement pas grand-chose. La brique des anciennes constructions étant facilement réutilisable pour en édifier de nouvelles, les Toulousains du haut moyen-âge ne se privèrent pas de puiser à cette source facile de matériau, de sorte que les mêmes briques romaines furent au fil du temps réutilisées de démolitions en reconstructions. Il y a peu de doute que des édifices historiques debout aujourd'hui en possèdent de nombreuses dans leur chair.

Quant aux pierres calcaires, que les Romains allaient chercher dans les carrières du piémont pyrénéen à 70 kms de Toulouse, elles furent sans doute en grand nombre calcinées dans des fours à chaux - tel celui qu'on a découvert sous le musée Saint Raymond - pour produire la chaux nécessaire aux mortiers, ce qui expliquerait la relativement faible épigraphie retrouvée à Toulouse comparativement à d'autres anciennes cités romaines où la pierre, plus présente dans l'environnement immédiat, n'a pas incité les habitants à ce recyclage peu respectueux du passé.

Le plan des rues du coeur historique témoigne également de cette origine romaine, puisqu'il est toujours pratiquement identique à celui de la ville antique. Les cardo et autres decumanus ont été repris par les axes de la ville moyennageuse puis se sont perpétués jusqu'à nos jours.

Mais sans doute est-ce le modèle de la brique foraine elle-même qui constitue l'héritage le plus précieux de ce passé romain, ses dimensions et sa forme en sont directement issues.


Notez qu'il existe quelques autres vestiges non montrés à ce jour sur cette page faute de photographies (thermes d'Ancely, aqueduc...).


Les "arènes romaines", le grand amphitéâtre

Dans le quartier de Purpan il reste quelques vestiges d'un grand amphithéâtre de briques et de galets utilisé pour les combats de gladiateurs et les chasses, ce vaste site de 115 mètres de long fut initialement conçu pour accueillir 7000 spectateurs avant d'être agrandi au IIIème siècle pour atteindre une jauge d'environ 12.000, peut-être sous l'influence de l'empereur Maximien Hercule qui avait séjourné non loin à Chiragan. Il était situé à l'écart de la ville comme c'était généralement le cas pour ce genre de construction.

Les briques de ce lieu ont été largement pillées au fil du temps pour être réemployées ailleurs, une carte du cadastre de 1532 désigne d'ailleurs l'endroit sous le vocable de "l'aire de la tuilerie contentieuse", signe sans doute que le pillage des "tuiles" (briques) avait donné lieu à des procès.

L'amphitéâtre de Purpan

L'arche de l'entrée a été refaite lors de la restauration du site pour donner une idée de ce qu'elle était voilà presque 2000 ans. Un bon nombre des briques que vous verrez sur les photos de cet amphithéâtre sont dues à la restauration de la fin du XXème siècle et ne sont donc pas d'origine, à l'exception peut-être de celles utilisées dans les vomitoires (les espèces de tunnels) qui figurent sur un dessin du XIXème siècle :
L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

L'amphitéâtre de Purpan

Cette statue est une copie moderne en résine :
L'amphitéâtre de Purpan



La muraille romaine place Saint-Jacques

L'endroit où l'on peut le mieux voir la spécificité de cette muraille toulousaine : une assise de pierre surmontée de brique, elle atteignait 8 mètres de haut et comptait une tour tous les 50 mètres. Ces briques-ci par contre sont bien d'authentique origine romaine.

Muraille romaine place Saint-Jacques

Muraille romaine place Saint-Jacques

Muraille romaine place Saint-Jacques

Muraille romaine place Saint-Jacques

Muraille romaine place Saint-Jacques



La muraille romaine au TNT

Au sous-sol du Théâtre National de Toulouse (TNT) ont été remises en valeur les fondations d'une partie de la muraille (pierres et galets).

Muraille romaine au TNT

Muraille romaine au TNT

Muraille romaine au TNT

Muraille romaine au TNT

Muraille romaine au TNT

Muraille romaine au TNT

Muraille romaine au TNT



La muraille romaine à l'Institut catholique

A la fin du IIIème siècle le rempart de Toulouse fut prolongé le long de la Garonne (alors que jusque-là il ne couvrait que 3 côtés de la ville, étant de fonction honorifique). Cette partie du rempart fut faite plus hâtivement avec des matériaux divers, dont notamment des restes de monuments funéraires antérieurs. C'est pourquoi de manière très curieuse de nombreux ornements sculptés sont encastrés dans la muraille. Certains ont été récemment dégagés du mur et exposés, d'autres sont encore visibles dans le mur antique. En voilà un faible échantillon.

Muraille romaine à l'Institut catholique

Muraille romaine à l'Institut catholique

Muraille romaine à l'Institut catholique

Muraille romaine à l'Institut catholique

Muraille romaine à l'Institut catholique

Muraille romaine à l'Institut catholique

Muraille romaine à l'Institut catholique



Mur romain à la maison de Saint-Dominique (ou maison Seilhan)

Cette maison où Saint-Dominique créa l'ordre des frères prêcheurs en 1215 est l'une des plus anciennes de la ville, elle s'appuie sur l'ancienne muraille romaine dont on a laissé un pan visible de la rue.

Muraille maison Saint-Dominique

Muraille maison Saint-Dominique



La muraille romaine au square de Gaulle, derrière le Capitole

Vestiges visibles jusqu'à la réfection récente du square, actuellement enterrés mais que la municipalité se propose de remettre en valeur.

Muraille romaine au square de Gaulle
Crédit photo : Lucien Sultra

Muraille romaine au square de Gaulle
Crédit photo : Lucien Sultra



La tour romaine à l'ancien hôpital Larrey

Tour romaine à l'ancien hôpital Larrey
Crédit photo : Céline Bonnal

Tour romaine à l'ancien hôpital Larrey
Crédit photo : Céline Bonnal

Tour romaine à l'ancien hôpital Larrey
Crédit photo : Céline Bonnal

Tour romaine à l'ancien hôpital Larrey
Crédit photo : Céline Bonnal

Tour romaine à l'ancien hôpital Larrey
Crédit photo : Céline Bonnal



La tour des Hauts-Murats

Sans doute la seule tour de l'enceinte romaine qui se dresse encore, car réédifiée au Moyen-Age.

Tour des Hauts-Murats
Crédit photo : Céline Bonnal




Illustrations

Quelques illustrations ont été faites à partir des ruines trouvées, notamment lors du creusement du parking du Capitole au début des années 70 où les vestiges de la monumentale porte nord de la ville furent mis au jour (puis détruits, à l'époque on s'embarrassait peu d'archéologie) :

- Aquarelle de la porte nord par Jean-Claude Golvin.

- Illustration de la porte nord par le Studio Différemment.

- Illustration du théâtre romain par le Studio Différemment.




Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Dans ce musée abrité dans un ancien hôpital du XIème siècle jouxtant Saint-Sernin (devenu collège au XIIIème siècle), reconstruit en 1523 par Louis Privat, se trouve une des principales collections d'antiquités de France.

Les oeuvres qui s'y trouvent ne viennent pas toutes de Toulouse tant s'en faut, elles nous parlent de ce que fut la prospère Narbonnaise romaine. Certaines viennent d'aussi loin que Béziers, d'autres de riches villas plus proches comme celle de Saint-Rustice ou celle de Chiragan à Martres-Tolosane, cette dernière considérée comme la deuxième plus importante villa impériale d'Europe après la villa d'Hadrien près de Rome.

Parmi ces étonnantes merveilles, la collection des bustes d'empereurs et la suite sculptée des travaux d'Hercule côtoient des répliques romaines de chefs-d'oeuvre grecs dont les originaux ont disparu tels l'Athéna de Miron, l'Eros de Praxitèle ou la Vénus de Cnide... liste non limitative dont je ne vous montrerai ici qu'un échantillon.

Océanus, fragment de mosaïque découvert à Saint-Rustice (Haute-Garonne):
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Thetis et Triton, mosaïque découverte à Saint-Rustice :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Tête d'Octave-Auguste trouvée à Béziers (Hérault), l'empereur fondateur de Toulouse mais aussi de Béziers et de bien d'autres villes :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

La collection de bustes d'empereurs romains trouvée à la villa Chiragan (Haute-Garonne) est la deuxième au monde après celle du musée du Vatican. Lorsqu'un empereur romain succédait à un autre, il suffisait de remplacer son buste ou même juste sa tête pour le (ou la) placer sur le corps déjà sculpté :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Masques scéniques (villa Chiragan) :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Tête de Vulcain (villa Chiragan) :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les travaux d'Hercule, un ensemble unique au monde (villa Chiragan) :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Le rapt de Proserpine (villa Chiragan) :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Tête de la déesse Isis (Chiragan). Où on découvre que les "anglaises" n'ont pas été inventées par les Anglais ! :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Médaillon de la déesse Minerve timbrée de la tête de la gorgone Méduse (villa Chiragan) :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond

Tête d'Aphrodite dite Vénus de Martres (Chiragan). Superbe copie romaine de la tête de la célèbre Aphrodite de Cnide du sculpteur grec Praxitèle (IVème siècle avant JC), sculpture disparue mais connue à travers ses diverses copies romaines :
Les collections antiques du musée Saint-Raymond