Les hôtels de parlementaires du XVIème siècle

Les hôtels de parlementaires sont généralement situés au sud de la rue de Metz, non loin du Parlement qui était à l'emplacement de l'actuel tribunal de justice.



L'hôtel d'Ulmo

15 rue Ninau.

Construit entre 1526 et 1536 pour Jean d'Ulmo, président à mortier au Parlement et corrompu notoire qui finit pendu. Cet hôtel fut le premier à Toulouse à adopter un escalier Renaissance (escalier droit et non plus à vis). Son beau baldaquin de marbre est plus tardif.

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

La devise de Jean d'Ulmo gravée dans la pierre : DURUM PACIENTIA FRANGO, "Ma patience triomphe de tout".
L'hôtel d'Ulmo

Madame d'Ulmo avait manifestement un parfait profil grec...
L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo

L'hôtel d'Ulmo



Hôtel de Mansencal

1 rue Espinasse.

Président au Parlement de Toulouse, Jean de Mansencal fit bâtir son hôtel entre 1527 et 1547. L'hôtel souffrit beaucoup d'avoir été racheté par les dominicains au XIXème siècle, qui en démolirent une grande partie pour construire une chapelle (également détruite depuis). Il a conservé toutefois une des plus belles tours de la ville, haute de 30 mètres. Dommage que l'étroitesse de la rue ne laisse que peu de recul pour l'admirer.

L'hôtel de Mansencal

L'hôtel de Mansencal

L'hôtel de Mansencal

L'hôtel de Mansencal

L'hôtel de Mansencal

Et voici l'arrière de cet hôtel de Mansencal, photos prises depuis la cour de l'école St Thomas d'Aquin. Il faut l'imaginer propre et avec ses 5 travées d'origine, et non pas seulement 2 comme aujourd'hui, pour comprendre l'effet qu'il produisit sur ses contemporains et pendant des siècles. On ne s'étonnera donc pas qu'il ait été considéré comme un des grands hôtels toulousains de la Renaissance. Cette façade arrière n'est en effet pas sans rappeler celles de l'hôtel d'Assézat, avec lesquelles elle partage notamment l'élévation des trois ordres classiques (ordre ionique, ordre dorique, ordre corinthien).
L'hôtel de Mansencal

L'hôtel de Mansencal

L'hôtel de Mansencal

L'hôtel de Mansencal

L'hôtel de Mansencal



Hôtel Potier-Laterrasse

10 rue Ozenne. Fin 16ème ou début 17ème.

Il reste quelques belles arcades d'origine de cet hôtel, intégrées à un bâtiment plus récent.

L'hôtel Potier-Laterrasse

L'hôtel Potier-Laterrasse

L'hôtel Potier-Laterrasse

L'hôtel Potier-Laterrasse

L'hôtel Potier-Laterrasse

L'hôtel Potier-Laterrasse

L'hôtel Potier-Laterrasse



Hôtel de Baderon-Maussac

8 bis rue Ozenne. Fin 16ème siècle mais certaines sources le datent de 1606 (17ème siècle donc...).

Une belle tour et son toit d'ardoise nous restent de cet hôtel.

Hôtel de Baderon-Maussac

Hôtel de Baderon-Maussac

Hôtel de Baderon-Maussac



Hôtel de Tournoer

9 rue Ozenne, aussi connu comme hôtel de Dahus, hôtel de Roquette, hôtel de Loubens.

Une partie de cet hôtel date du XVème siècle et de sa construction par le capitoul Pierre Dahus. La tour fut érigée en 1532 par le président du Parlement Paul Tournoer et cache paraît-il le plus bel escalier Renaissance de la ville.

Hôtel de Tournoer

Hôtel de Tournoer

Hôtel de Tournoer

Ces deux lions encadrent une urne funéraire, sans doute en mémoire du fils du propriétaire dont on sait que le décès affecta beaucoup son père :
Hôtel de Tournoer

Une devise en latin est inscrite sur la tour : ESTO MIHI DOMINE TURRIS FORTITUDINIS A FACIE INIMICI, « Sois pour moi, Seigneur, une tour de courage face à l'ennemi ».
Hôtel de Tournoer

Hôtel de Tournoer

Hôtel de Tournoer

Hôtel de Tournoer



Hôtel de Pins

46 rue du Languedoc. Aussi appelé Hôtel Antonin. Construit à partir de 1528.

L'hôtel fut bâti par Jean de Pins, conseiller au Parlement de Toulouse, évêque de Pamiers puis de Rieux. Ce prélat humaniste fameux avait effectué plusieurs ambassades en Italie pour François Ier, il entretint notamment des correspondances avec Erasme et Etienne Dolet pourtant mal vus par l'Eglise. En 1542, l'hôtel fut acquis par Jean de Nolet qui fit travailler Nicolas Bachelier à son agrandissement. Puis l'hôtel fut pratiquement démoli lors du percement de la rue du Languedoc à la fin du XIXème siècle, mais ses belles galeries à arcades ont été remontées en fond de cour.

Hôtel de Pins

Hôtel de Pins

Hôtel de Pins

Hôtel de Pins

Hôtel de Pins

Hôtel de Pins

Hôtel de Pins

Hôtel de Pins



Hôtel Thomas de Montval

22 rue Croix-Baragnon.

Cet hôtel n'est pas du XVIème siècle mais du début du XXème. Toutefois ses éléments les plus notables (arcades, médaillons) viennent de l'hôtel de Pins vu ci-dessus, et plus précisément de la partie détruite par le percement de la rue du Languedoc dont plusieurs éléments Renaissance ont été réemployés ici. Certains médaillons sont l'oeuvre de Nicolas Bachelier.

Photos de la cour.

Hôtel de Montval

Hôtel de Montval

Hôtel de Montval

Hôtel de Montval

Hôtel de Montval

Hôtel de Montval

Hôtel de Montval

Hôtel de Montval

Hôtel de Montval



Hôtel de Buet

5 rue de la Pomme. Aussi connu comme hôtel de Guillaume de Bernuy (ne pas confondre avec l'hôtel de Bernuy, propriété de son père). Construit vers 1540.

Portail et fenêtres de Nicolas Bachelier dans la cour.

Hôtel de Buet

Hôtel de Buet

Hôtel de Buet

Hôtel de Buet

Hôtel de Buet

Hôtel de Buet

Hôtel de Buet

Hôtel de Buet

Hôtel de Buet



Hôtel de Lamamye (ou la Mamye)

31 rue de la Dalbade.

A côté d'une belle tour gothique en brique, la galerie Renaissance (1527-1530) en pierre blanche de cet hôtel serait la première manifestation à Toulouse de l'élévation des trois ordres antiques superposés remis à l'honneur par la Renaissance : dorique en bas, ionique au milieu, et corinthien en haut. J'ai toutefois des doutes sur cette assertion qu'on retrouve dans la bibliographie et sur la datation, au moins de la galerie, car les livres de Sebastiano Serlio diffusant en France ces notions architecturales sont postérieurs de quelques années. Photos de la cour.

Hôtel de Lamamye

Hôtel de Lamamye

Hôtel de Lamamye



Hôtel de Felzins

22 rue de la Dalbade, aussi connu comme hôtel Molinier, hôtel Catelan.

Le portail d'entrée de 1556 possède un décor Renaissance curieusement exubérant, qualifié de maniériste. Une illustration surprenante pour la devise stoïcienne gravée dans le marbre du décor : SUSTINE ABSTINE, « Supporte et abstiens-toi ». Des marbres pyrénéens sont enchâssés à la manière de bijoux

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins

Hôtel de Felzins



Hôtel de Lestang

20 rue Saint-Jacques.

La construction de l'hôtel a commencé à la fin du XVIème siècle pour se terminer au début du XVIIème siècle.

Hôtel de Lestang

Hôtel de Lestang

Hôtel de Lestang

Hôtel de Lestang

Hôtel de Lestang

Hôtel de Lestang

Hôtel de Lestang

Le portail actuel de cet hôtel date de 1859 :
Hôtel de Lestang



L'hôtel de Lapleau

17 rue de Lapleau.

Façade qu'il faudrait ravaler pour voir son potentiel.

Hôtel de Lapleau

Hôtel de Lapleau



Hôtel du 13 rue Vélane

13 rue Vélane.

Cet hôtel sans nom connu a une façade et une cour Renaissance (les deux tourelles sont toutefois des ajouts du XIXème siècle). Il possède aussi une deuxième cour plus récente avec une belle verrière et un cadran solaire de 1750.

Hôtel du 13 rue Vélane

Hôtel du 13 rue Vélane

Hôtel du 13 rue Vélane

Hôtel du 13 rue Vélane

Nous verrons donc la deuxième cour dans une autre rubrique, celle-ci étant réservée au XVIème siècle.


Hôtel de Boysset

10 rue Darquier. Daté de 1550.

Nicolas de Boysset était trésorier du Domaine, donc ni capitoul, ni marchand, ni parlementaire... notez par conséquent que le classement de cet hôtel dans cette sous-rubrique des hôtels de parlementaires du 16ème siècle est discutable, mais je n'allais pas créer une rubrique juste pour lui.

Dans la belle cour intérieure en brique, jolie tour du 16ème siècle. La façade sur rue, sans doute un peu remaniée ultérieurement, a conservé de belles fenêtres à meneaux.

Hôtel de Boysset

Hôtel de Boysset

Dans la cour :
Hôtel de Boysset

Hôtel de Boysset

Hôtel de Boysset

Hôtel de Boysset







>