Autres hôtels de pastelliers ou de capitouls du XVIème siècle


Comme vous le constaterez ces hôtels du 16ème siècle se partagent entre ceux de style gothique et ceux de style Renaissance. A l'exception de l'hôtel du Vieux-Raisin qui fut un précurseur, on ne retrouve ensuite les traces de la Renaissance dans l'architecture toulousaine que vers la toute fin de la décennie 1520 avec, pour la première fois à Toulouse, l'élévation des trois ordres architecturaux antiques dans la cour de l'hôtel de Lamamye.



Hôtel du capitoul Jean Bolé

4 rue Jules Chalande. Construit entre 1549 et 1562 en conservant la tour de Séguy du XVème siècle. L'hôtel fut remanié au XVIIIème siècle.

L'hôtel Jean Bolé

L'hôtel Jean Bolé

Dans la cour, la tour de Séguy (XVème siècle) :
L'hôtel Jean Bolé

L'hôtel Jean Bolé



Hôtel d'Astorg

16 rue des Changes. Construit entre 1550 et 1570, remanié ensuite. Belles fenêtres sur cour et sur rue du 16ème siècle, dans la cour galeries et escaliers probablement du 17ème siècle.

L'hôtel d'Astorg

L'hôtel d'Astorg

Dans la cour :
L'hôtel d'Astorg

L'hôtel d'Astorg

L'hôtel d'Astorg

Et voici un escalier suspendu, notez que le long madrier qui fait l'angle de l'escalier ne repose sur rien ! J'y suis monté, ça tient... et ça tient même depuis des centaines d'années.
L'hôtel d'Astorg

L'hôtel d'Astorg

L'hôtel d'Astorg



Maison d'Auger Ferrier, l'ancien médecin de Catherine de Médicis

39 rue St Rome, datée de 1553.

Pas vraiment cataloguée comme un hôtel particulier, cette demeure en a l'allure et dans la cour se trouvent des fenêtres Renaissance de belle facture.

Ce médecin avait un remède très efficace contre la peste, fléau de l'époque : "Trois mots contre la peste ont plus d'effet que l'art : se retirer bientôt du lieu infect et s'en aller loin et revenir tard".

C'est de la terrasse de la cour intérieure que l'on peut admirer cette belle façade.

Maison 39 rue St-Rome

Maison 39 rue St-Rome

Maison 39 rue St-Rome

Maison 39 rue St-Rome

Maison 39 rue St-Rome



Hôtel Delpech

20 rue des changes. Construit vers 1520. Pierre Delpech était marchand de pastel.

Hôtel Delpech

Dans la cour gothique :
Hôtel Delpech

Hôtel Delpech

Le sommet de la tourelle vu depuis l'hôtel d'Astorg voisin :
L'hôtel Delpech

Sous une fenêtre du 16ème siècle se trouve une inscription en latin qui dit : QUI TIMENT DOMINUS NON ERUNT INCREDIBILES ILLIUS, "Ceux qui craignent le Seigneur ne seront point incrédules à la parole" (lien vers une photo).



Hôtel du capitoul de Brucelles

19 rue des changes. Construit vers 1535.

Photos de la cour, avec une très belle tour Renaissance.

Hôtel de Brucelles

Hôtel de Brucelles

Hôtel de Brucelles



Hôtel du capitoul Bérenguier Bonnefoy

19 rue Croix-Baragnon. Construit vers 1513 (cour).

Je n'ai malheureusement pas de photos de la cour.

Hôtel Bérenguier Bonnefoy

Hôtel Bérenguier Bonnefoy

Hôtel Bérenguier Bonnefoy

Cliquez sur ce lien pour voir une photo de la belle tour dans la cour.



Hôtel du capitoul Olivier Pastoureau (remanié). Construit vers 1551.

52 rue Pharaon

Hôtel du capitoul Olivier Pastoureau



Hôtel de Bénézit

1 rue Malcousinat. De cet hôtel, seule la tour est du 16ème siècle (voire du 15ème siècle, certaines sources la datent de 1497). Un faux appareil de brique et de pierre recouvrant le tout, on pourrait même dire que des éléments visibles seuls les encadrements des fenêtres sont authentiques.

Hôtel de Bénézit

Hôtel de Bénézit

Hôtel de Bénézit

Hôtel de Bénézit



L'hôtel Huc de Boysson-Cheverry

11 rue Malcousinat.

Cet hôtel comporte deux cours. La première cour et sa tour capitulaire, de style gothique, sont dues au capitoul Hugues (ou Huc) de Boysson (vers 1468). La deuxième cour due au capitoul de Cheverry, grand négociant du pastel, est plus de style Renaissance (vers 1535). Cependant un peu paradoxalement la cour gothique a quelques belles fenêtres Renaissance alors que la cour Renaissance a de belles fenêtres gothiques !

La première cour et la tour capitulaire gothique (15ème siècle) :
Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Ces belles fenêtres ont été rajoutées à la Renaissance :
Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

La deuxième cour du 16ème siècle :
Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Fenêtres gothiques sur cette façade :
Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Dans la salle qui sert d'accueil, une belle voûte gothique à croisées d'ogives :
Hôtel Huc de Boysson-Cheverry

Hôtel Huc de Boysson-Cheverry



Hôtel de Jean-Etienne d'Olmières

3 rue Peyrolières. Construit vers 1503.

Attribué avec incertitude au capitoul Pierre d'Olmières, cet hôtel pourrait éventuellement être dû au président au Parlement Georges d'Olmières (1521). A l'exception de la tour qui reste authentique (tout de même rehaussée d'un étage de mirandes au 17ème siècle), les corps de bâtiment ont été remaniés ultérieurement.

Cet hôtel devait être démoli en 1544 lors de la construction du Pont-Neuf, mais une erreur dans le positionnement de la première pile du pont épargna involontairement l'hôtel d'Olmières.

Hôtel d'Olmières

Hôtel d'Olmières

Hôtel d'Olmières

Hôtel d'Olmières



Hôtel de Bernard Aymès

8 rue du Taur, cour. Construit vers 1508.

Dans une deuxième cour que je n'ai pu voir se trouve une tour ronde probablement de la même époque.

Hôtel de Bernard Aymès

Dans la cour au-dessus de la porte, une devise stoïcienne : "NE TE QUAESIVERIS EXTRA" (ne te cherche pas en dehors de toi-même).
Hôtel de Bernard Aymès



Hôtel de Lagorrée

34 rue Peyrolières. Cet hôtel du capitoul Jean de Lagorrée est daté de la limite du XVIème et du XVIIème siècle.

Des deux portails presque jumeaux, celui de droite serait de la dernière décennie du XVIème siècle et celui de gauche du début du XVIIème.

Hôtel de Lagorrée

Hôtel de Lagorrée

Hôtel de Lagorrée

Le décor met en scène des croissants de Diane :
Hôtel de Lagorrée



Hôtel de Pierre Bruni

37 rue de la Dalbade. Cet hôtel du capitoul Pierre Bruni est daté de 1510.

Derrière une façade assez anodine du XIXème siècle, une tour aux lignes gothiques se dresse dans la petite cour.

Dommage toutefois que le ravalement récent de la cour ait complètement caché la brique.

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay



Hôtel de Gayssion

5 rue Boyer Fonfrède. Daté de 1522.

De l'ancien hôtel du capitoul de Gayssion, riche marchand du 16ème siècle, il reste notamment dans la cour intérieure une tour octogonale de style gothique de 19m de haut. De part et d'autre de la tour se trouvent de pittoresques galeries de bois et des fenêtres gothiques.

Hôtel de Gayssion

Hôtel de Gayssion

Hôtel de Gayssion

Hôtel de Gayssion

Hôtel de Gayssion

Hôtel de Gayssion

Hôtel de Gayssion

Hôtel de Gayssion


Hôtel Dumay

7 rue du May. Construit vers 1553, puis 1585.

Belle et grande cour Renaissance pour cet hôtel qui abrite le Musée du Vieux Toulouse depuis 1948.

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay

Hôtel Dumay



Tours capitulaires esseulées (du 16ème siècle)

Plusieurs tours capitulaires du XVIème siècle existent toujours, certaines intégrées à un hôtel d'un siècle différent seront abordées plus loin. D'autres, esseulées, sont cachées dans des cours et je n'en ai de photos que pour certaines. Elles sont toutefois publiées et commentées dans l'excellent livre "Tours tolosanes" de Jean-François Gourdou et Vanessa Beucher, de sorte que je peux au moins faire une description textuelle de celles que je n'ai pas en photos.

Listons-en quelques-unes :


La tour du capitoul Jean de Boysson

Tour de 1515, 13 rue Saint Ursule.

Dans la cour, belle tour gothique d'une hauteur de 18,50m jusqu'à la terrasse et de 22,50m pour la tourelle coiffée d'une coupole de faïence verte.

Ancien hôtel de Boysson puis Mamignard, il n'en reste semble-t-il que la tour. La famille de Boysson donna plusieurs générations de marchands pastelliers aux 15ème et 16ème siècles.

Tour de Boysson

La deuxième tour à droite semble plus petite à cause de la perspective, elle est en fait plus grande puisqu'elle fait 20 mètres (et 24 pour la tourelle). C'est celle du capitoul Jacques de Montserrat, elle est sise au 11 de la même rue et date du XVIIème siècle (1629).

Tour de Boysson

Tour de Boysson

Tour de Boysson


Tour du capitoul Pierre de Serta

2 rue Saint-Rome. Datée de 1529.

Surplombant une belle maison à corondage, la tour de Serta domine ce carrefour stratégique de l'ancienne ville nommé "Quatre coins des Changes", ainsi désigné car s'y trouvaient les banquiers. Une des rares tours bien visibles de la rue.

La tour de Serta

La tour de Serta

Le pinacle est incliné à cause de l'usure du joint à la chaux entre les briques, due au vent :
La tour de Serta


La tour du capitoul de Baynaguet

Tour de 1522, 7 rue Temponières.

Cette petite tour gothique n'a de tour que le nom car elle est plutôt basse (peut-être en allait-il autrement autrefois ?). Sa brique est bien mise en valeur, avec une belle porte de brique et de pierre. Elle donne paraît-il accès à de magnifiques caves voûtées.

Voici ce qu'on peut en voir depuis la cour :

La tour de Baynaguet

La tour de Baynaguet

La tour de Baynaguet

La tour de Baynaguet

La tour de Baynaguet


La tour du capitoul de Bertier

Tour de 1507, 37 rue des Marchands.

Tour gothique ronde de 20m. D'après la description la voûte en haut de l'escalier est très belle, coupole ogivale de brique avec 6 arcades en nervures reposant sur des culots de pierre sculptée.

(Pas de photo)


La tour du capitoul Pons Imbert

Tour de 1510, 19 rue de la Trinité.

Dans la cour, tour hexagonale puis ronde sur le haut, à toit pointu en zinc visible d'assez loin mais pas de la rue. Avec paraît-il un bel escalier en bois.

Tour Imbert

Tour Imbert

Tour Imbert


La tour du capitoul Servientes

Tour de 1504, 35 rue Pharaon.

Belle tour gothique haute de 16m, au sommet amputé et couvert d'un toit de tuiles. Escalier en bois également.

(Pas de photo)


La tour du capitoul de Ruppe

Tour de 1527, 1 bis rue du Languedoc.

Tour gothique de 23m (25 avec la tourelle) avec une belle porte sur rue décorée d'une accolade gothique et d'animaux fantastiques.

Tour de Ruppe

Tour de Ruppe

Tour de Ruppe

Tour de Ruppe

Tour de Ruppe


La tour du capitoul de Belbèze

Tour de 1520-1525, 39 rue Peyrolières.

Dans la cour, tour gothique de 19m aux murs extérieurs complètement cimentés. Mais c'est l'occasion de voir l'intérieur d'une de ces tours capitulaires.

Tour de Belbèze

Tour de Belbèze

Tour de Belbèze

L'escalier à vis en pierre a été remplacé par un escalier à colimaçon :
Tour de Belbèze

Tour de Belbèze

Tour de Belbèze

Tour de Belbèze


La tour Jean Roguier

Tour de 1501, 3 rue des prêtres.

Plantée au milieu d'un moulon, cette tour gothique n'est visible que depuis les étages des immeubles proches. On la doit à Jean Roguier qui cumula les fonctions de capitoul (3 fois en 1500, 1511 et 1518) et de conseiller au Parlement. La balustrade de la terrasse aurait été refaite au XIXème siècle.

Tour de Jean Roguier


De nombreuses autres tours capitulaires d'autres siècles existent, on en verra un bon nombre avec les hôtels montrés plus loin (mais certainement pas toutes faute d'avoir des photos, se référer au livre Tours tolosanes que j'ai mentionné plus haut pour avoir un aperçu complet).